Fermer

Notre-Dame-des-Landes : un pas avant, deux pas en arrière

Le gouvernement a t-il vraiment réussi l’évacuation de Notre-Dame-des-Landes ? Malgré le message de fermeté du Premier ministre, le rétablissement de l’ordre public ne sera pas atteint tant que la zone ne sera pas évacuée totalement. Si une telle opération d’évacuation n’a pu s’effectuer sans heurts, il est néanmoins surprenant que le gouvernement affiche aujourd’hui son satisfecit alors que seulement 29 squats sur 97 habitats recensés ont été détruits et que des “zadistes” continuent d’occuper illégalement la zone. Pire, le gouvernement leur octroie un délai supplémentaire pour déposer des projets nominatifs et individuels afin de régulariser leur situation, ceux-là même qui ont lancé des cocktails Molotov et projectiles en tout genre contre les gendarmes ! En acceptant de faire un pas vers les zadistes, l’État cède face à la violence et crée les conditions pour que la situation s’enlise. Même si le gouvernement montre une image d’apaisement, il est illusoire de penser que les décisions à venir pourront aboutir à une régularisation totale des occupants illégaux. Sa volonté est de temporiser mais c’est reculer pour mieux sauter.