Fermer

Stratégie nationale de lutte contre la prolifération du frelon asiatique

M. Hugues Saury attire l’attention de M. le ministre d’État, ministre de la transition écologique et solidaire, sur la mise en place d’une véritable stratégie nationale de lutte contre la prolifération du frelon asiatique. Depuis son apparition accidentelle en 2004, le frelon asiatique n’a cessé de proliférer. Sa caractéristique est de s’attaquer aux ouvrières des ruches dont il se nourrit, notamment des espèces apis mellifera et apis cerna (nos abeilles domestiques) provoquant l’anéantissement de nombreuses colonies. Du fait de cette nuisance, le frelon asiatique est classé danger sanitaire de deuxième catégorie et espèce exotique envahissante préoccupante pour l’Union européenne. Également dangereux pour l’homme – une personne âgée est décédée des suites d’une piqûre par un frelon en septembre 2018 – il représente un enjeu de santé publique. Au regard des dispositions de l’article L. 201-8 du code rural et de la pêche maritime, les opérations de lutte, de prévention ou de surveillance, réalisées par les organismes à vocation sanitaire, sont à la charge des apiculteurs. Si aujourd’hui plusieurs textes réglementaires et législatifs ont été adoptés dans l’objectif de limiter sa diffusion et favoriser sa lutte, force est de constater qu’il a colonisé la majeure partie de la France. En décimant les colonies d’abeilles, le frelon asiatique porte une atteinte grave à la survie de ces pollinisateurs et en conséquence à la biodiversité. Il est urgent que le Gouvernement prenne la mesure de la prolifération en cours et apporte des réponses à la hauteur du risque sanitaire, tel le classement du frelon asiatique comme danger sanitaire de première catégorie. De ce fait, il lui demande si le Gouvernement envisage la mise en place d’une véritable stratégie nationale de lutte contre la prolifération du frelon asiatique et le classement de ce dernier dans la liste des dangers sanitaires de première catégorie.